Lu chez elle. En général je ne crois pas trop aux messages de revendication qu'il faut faire circuler juste par solidarité. Mais celui-ci me parle et m'a touchée, si tristement réaliste. Alors pour une fois je vous passe le mot.

Catherine GOURNAY a écrit


Transmis par une institutrice du Morbihan C.Picavet
> Professeur des écoles Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy

>  Monsieur Le Président,
> Merci de lire ce message,
> Un petit bonheur sur une page,
> Une douceur... pour l'éducation Nationale.
>
> Je le confie à la toile,
> La grande toile du progrès,
> Afin qu'il tisse les voiles...
> De la solidarité,
>  Et qu'il rayonne aux ondes...
> De l'humanité.
>
> Je suis Professeur des Écoles
> Dans un petit village de l'Eure,
> Trois cents âmes y demeurent,
> Et vingt-six élèves à l'école...
> Une classe, dite « unique »,
> Mais cinq cours, dits multiples...
>
> Dans cette école une chance,
> Un p'tit morceau de bonheur,
> Qui s'écrit avec ces trois lettres :
> Employée de la Vie Scolaire...
>
> Pour l'Education Nationale,
> Un p'tit bonheur, c'est pas banal,
> Un léger baume sur le cœur
> De cette Grande Dame
> Un peu... bancale !
>
>
>  Notre bonheur, c'est Géraldine,
> En silence elle participe
> A la guérison d'la Grande Dame...
> Elle est... une Valeur Ajoutée
> HUMAINE rentabilité,
> Et c'est du bonheur... assuré !
>
> Dès le matin, elle s'active,
> C'est sur le net qu'elle s'incline
> Les courriers, les notes de service,
> Toutes les infos de l'inspectrice,
> Et celles de l'Académie....
>
>
> Mes mots notés au brouillon,
> Les compte-rendus de réunion,
> Tapés, imprimés, photocopiés,
> Enveloppés, adressés, timbrés,
> Prêts à être distribués...
>
> Encadrés, les derniers dessins des CP,
> Affichés, sinon... à quoi bon dessiner ?
> Un CM vient montrer son texte sur le musée,
> Elle l'aide à le recopier, à taper sur le clavier...
> Afin de ne pas gêner, le travail commencé,
> Un autre enfant vient finir avec elle l'exercice,
> Elle explique et décortique, redonne de l'énergie...
>
> Rangée la bibliothèque,
> Notés les livres prêtés,
> Elle prépare la maquette,
> La une du journal scolaire...
>
> Ah! Notre petit journal
> « Magique », ils l'ont appelé
> Quel travail de fourmi,
>  J'y passerai.......des nuits ?
>
> Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,
> Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,
> Quelques chaudes gorgées, entre... deux conflits à régler,
> Des solutions à trouver, des mots à reformuler,
> Une écorchure à soigner, une blessure à consoler....
>
> Et puis.... c'est reparti !
> Sur les chemins de la connaissance,
> Vaincre ainsi sans cesse l'ignorance,
> Avec labeur, effort, sérieux,
> S'ouvrir l'esprit, être curieux.
>
> Ne pas oublier l'insouciance,
> De tous ces êtres en enfance,
> La bonne blague !... On la mettra dans le journal,
> Les bons gags, et les rires, c'est vital !
>
> Dans les pots
> Les peintures sont bien préparées,
> Quatre enfants sur un chevalet,
> Deux sur l'ordi pour recopier,
> Les autres en dessin sur papier,
>
> ...Sans elle, jamais...
> Ce ne serait si bien géré.
>
> Le soir, coup de fil...
> C'est Géraldine,
> A sa voix, je perçois,
> Une blessure qui abîme...
> Ecoute, me dit-elle... c'est à pleurer !
> Du « Pôle Emploi » j'ai reçu... un imprimé,
> Dans quelques semaines, c'est marqué,
> Votre contrat est terminé...
> Ils me demandent ce que j'ai fait,
> Pour trouver un futur emploi..
>
> Sa voix se fêle... "J'ai..un emploi! »
> Ils me demandent ce que j'ai fait,
> pour me former, pour m'insérer,
> Sa voix se gèle.... puis accélère: « Je... suis formée,
> depuis trois ans, j'me sens utile, insérée et c'est varié,
> pas bien payé, mais... j'veux rester ! »
> Sa voix s'étrangle.... c'est à pleurer...
>
> Ils me demandent mes compétences
> Ce que j'ai acquis, que vais-je répondre ?
> Il y a l'espace... d'UNE LIGNE
> UNE LIGNE.... mais tu te rends compte !
>
> J'ai honte, honte... il aurait fallu UNE PAGE
> Au moins UNE PAGE pour répondre,
> J'ai honte, honte... pour notre Grande Dame
> Pour ceux qui l'ont créée, l'ont fait évoluer,
> Qui a tant appris aux enfants,
> Qui a tant encore à leur apprendre..
>
> Et Géraldine ???
> On n' lui dira même pas MERCI
> Bien sûr, pas de parachute doré,
> Et même pas d'indemnité
> Ils lui précisent... Oh!..comme ils disent
> D'étudier ses droits... pour... le R.M.I.
> Elle a raison... c'est à pleurer...
>
> Alors qu'on demande chaque jour,
> A nos élèves de dire « Bonjour »
> De dire « Au revoir » et.... « Merci »
> De s' respecter, d'être poli
> Comme vous dites, Monsieur Sarkozy...
> Que vais-je dire, à la p'tite fille,
> Qui l'autre jour, près de moi, s'est assise,
> Et, tout fièrement, m'a dit :
> « Tu sais, Maîtresse, moi, quand je serai grande,
> J'irai au collège, comme mon grand frère,
> J'irai au lycée, je passerai mon bac,
> Et je ferai... comme Géraldine! »
>
> Je sursaute... Mon cœur se serre...C'est à pleurer.
>
> C.Picavet
> Professeur des écoles
> à l'école des Livres Magiques
> Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)
>
>
> En hommage à toutes les Géraldine, Florence, Sabrina, Laurence, Elodie,
> à tous les Philippe, Sébastien, et bien d'autres qui ont valorisé
> mon travail, et participé à la guérison de la Grande Dame...
> qui est encore bien malade...
>
> Je ne crois pas à la peur, je crois à la force et à la magie des mots,
> Et pour garder notre bonheur, il suffirait de quelque Euros...
> Quel patron, quelle entreprise, après trois ans de formation,
> Jetterait son salarié, pour prendre un autre, recommencer ?
> Quel jardinier, quel paysan, brûlerait sa récolte mûre, après
> avoir semé, soigné ?
>
>  Je n'ai pas fumé la moquette
> Je veux seulement que l'on arrête,
>  De prendre les gens pour des pions,
>  Qu'on arrête de tourner en rond !
>  Torpillé le « Chagrin d'école »
>  En mille miettes de BONHEUR !
>
>  En l'honneur de tous ces petits bonheurs..
>  INONDONS LE NET
>  les amis, les décideurs,
>  les chômeurs, les travailleurs,
>  les directeurs, les inspecteurs,
>  employés et professeurs,
>  députés, ministres,
>  r'm'istes ou artistes,
> chanteurs, compositeurs, rapeurs, slameurs,
>  radios, journaux, télés,
>
>  et à tous ceux qui sont.... parents... d'un enfant...
>  enfin à chaque être humain de ce pays
>  qui j'espère un jour dans sa vie,
>  a bénéficié d'un peu de bonheur,
>  de cette Valeur Ajoutée
> HUMAINE rentabilité,
>  dans le giron de la Grande Dame.
>
>  P.S : Ironie...... A la rentrée, c'est presque sûr
> Notre petite école rurale
>  Sera dotée d'une Valeur Matérielle Ajoutée,
>  Des fonds ont été débloqués,
>  Huit ordinateurs et un tableau interactif
>  Une « classe numérique »
> Nous serons à la pointe du progrès ! Et pour cela, je serai
>  formée !
>  Mais, qui m'aidera à installer, et à gérer, sans Valeur
>  Humaine Ajoutée ?
>
>
>  A LIRE, PUIS A TRANSMETTRE merci
>  Ce n'est pas la 1ère fois que l'Education Nationale, autrement dit
>  l'État, se déshonore !!
>
>
>  A faire suivre le plus possible.